Soudan: Le Conseil militaire soudanais déclare que la tentative de coup d’Etat est déjouée

Le conseil militaire au pouvoir au Soudan a fait échec à une tentative de coup d’Etat, a annoncé jeudi à la télévision d’Etat jeudi, un général haut gradé, indiquant que 12 officiers et quatre soldats avaient été arrêtés.

L’annonce a été faite alors que les manifestants militaires et civils au pouvoir ont convenu la semaine dernière de mettre fin à une impasse politique après le renversement par l’armée du dirigeant de longue date Omar al-Bashir à la suite d’un soulèvement populaire.

« Des officiers et des soldats de l’armée et du Service national du renseignement et de la sécurité, dont certains à la retraite, tentaient de réaliser un coup d’Etat », a déclaré le général Jamal Omar du conseil militaire au pouvoir dans un communiqué diffusé en direct à la télévision d’Etat.

« Les forces régulières ont pu déjouer la tentative », a-t-il déclaré, sans préciser à quel moment la tentative a été faite.

Omar a déclaré que sur les 12 officiers arrêtés, cinq d’entre eux étaient à la retraite et que les forces de sécurité recherchaient le cerveau de la tentative de coup d’Etat.

« Il s’agit d’une tentative de blocage de l’accord conclu entre le Conseil militaire de transition et l’Alliance pour la liberté et le changement, qui vise à ouvrir la voie au peuple soudanais pour qu’il réponde à ses exigences », a déclaré Omar.

Cette annonce a eu lieu jeudi soir, alors que les conseillers juridiques du conseil militaire au pouvoir et les responsables de la manifestation examinaient les détails de l’accord dans un hôtel de luxe à Khartoum.

L’accord historique qui vise à former un nouvel organe de contrôle commun transitionnel civilo-militaire a été conclu la semaine dernière après la médiation des émissaires de l’Union africaine et de l’Éthiopie.

La formation du nouvel organe directeur est la première étape vers la mise en place d’une administration civile de transition globale au Soudan, comme demandé par les manifestants.

Le Soudan a été secoué par une crise politique depuis la première manifestation de protestations contre le régime de Bashir en décembre.

La junte PressTV-Soudan et l'opposition s'accordent sur un partage du pouvoir

La junte PressTV-Soudan et l’opposition s’accordent sur un partage du pouvoirLe conseil militaire au pouvoir au Soudan et une coalition d’opposants et de groupes de protestation ont conclu un accord de partage du pouvoir jeudi, une initiative qui devrait mettre fin à plusieurs semaines de manifestations meurtrières.

Les manifestations ont finalement abouti à l’éviction de l’armée le 11 avril, mais les généraux qui ont pris le pouvoir ont jusqu’ici résisté aux demandes des manifestants de le céder à une administration civile.

La tension s’était encore accrue entre les deux parties après un raid brutal sur un camp de protestation de longue date situé devant le siège de l’armée à Khartoum, la capitale, qui a tué des dizaines de manifestants et en a blessé des centaines le 3 juin.

Le raid a eu lieu après que les pourparlers entre les généraux et les responsables de la manifestation se soient effondrés en mai sur l’identité de la future direction du nouveau corps dirigeant: un civil ou un soldat.

La médiation intense des médiateurs de l’Union africaine et de l’Éthiopie a finalement abouti à l’accord conclu le 5 juillet sur la nouvelle instance dirigeante commune.

L’accord propose un peu plus d’une période de transition de trois ans, le président du nouvel organe dirigeant devant être tenu par l’armée pendant les 21 premiers mois et un civil pour les 18 mois restants.

L’instance dirigeante comprendrait six civils, dont cinq du mouvement de protestation et cinq des militaires.

(Source: Reuters)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *