Général Lecointre : « L’indicateur de réussite n’est pas le nombre de djihadistes tués »

New armed forces chief of staff Gen. Francois Lecointre reviews the troops at the Istres air base, southern France, Thursday, July 20, 2017. (AP Photo/Claude Paris)

Le chef d’état-major des armées fait le point les opérations militaires en cours et à venir à l’occasion du 14-Juillet.

Le général François Lecointre, 57 ans, a pris ses fonctions de chef d’état-major des armées en juillet 2017. Opérations extérieures, menaces futures, réformes internes : à l’occasion du 14-Juillet, il a répondu en exclusivité aux questions du Monde.

Sept mille de vos soldats sont déployés à l’étranger, dont plus de la moitié dans « Barkhane », la principale opération française consacrée au contre-terrorisme, au Sahel. La situation sécuritaire s’est dégradée dans l’année écoulée. Arrivez-vous vraiment à contenir les groupes armés ?

Les décisions de la « stratégie Sahel » prises il y a un an et demi ont été mises en œuvre. Nous avons continué de traiter les groupes armés du nord du Mali par des opérations très ciblées sur leurs têtes de réseau, en maintenant une pression. Mais aussi travaillé avec les armées partenaires, notamment du Niger, du Burkina Faso et du Mali, et cherché à relancer les opérations du G5 Sahel. Notre effort s’est porté dans le Liptako, la région des trois frontières, en insistant auprès des forces maliennes pour les faire revenir dans la zone, et en les faisant monter en compétence pour pouvoir les laisser seules sur le terrain. Tout cela a été couplé avec des actions de l’Agence française de développement [AFD] et une réinstallation de l’administration malienne. L’AFD a fait un gros effort pour se rapprocher de la logique des armées, et réciproquement.

Objectivement, là où cette stratégie de concentration des efforts se déploie, elle fonctionne. Les bandes armées qui prospèrent sur l’absence de l’Etat sont déstabilisées, affaiblies. Le gouverneur de Ménaka [dans le nord-est du Mali] a récemment déclaré que l’administration était en train de revenir.

Mais, dans le même temps, la situation continue d’évoluer défavorablement ailleurs, avec un repli des groupes dans d’autres zones, au Niger et au Burkina Faso. La pression que nous exerçons joue sans doute, mais, si nous n’avions rien fait, les groupes se seraient étendus quand même.

Lemonde


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *