CÔTE D’IVOIRE: BEDIE, SORO, GBAGBO : AU COEUR DES POURPARLERS EN VUE DE 2020

Henri Konan Bedie s’active pour former un front commun avec Laurent Gbagbo et Guillaume Soro pour la présidentielle d’octobre 2020. Une initiative que la présidence ivoirienne s’efforce de torpiller.

Arrivé le 2 juillet à Paris, l’ex-président ivoirien Henri Konan Bedie sera avant la fin de la semaine à Bruxelles pour de longs pourparlers avec Laurent Gbagbo, assigné à résidence dans cette ville en attendant l’appel de la Cour pénale Internationale (CPI). Bedie veut non seulement finaliser l’alliance entre son Parti démocratique de Cote d’Ivoire (PDCI) et le Front populaire ivoirien (FPI) de Laurent Gbagbo, mais il souhaite également que l’ancien président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro se joigne à cette coalition pour le second tour de l’élection présidentielle d’octobre 2020 (0 LC n°803). Aucune stratégie définitive n’a encore été arrêtée, mais Bedie penche pour un front uni de l’opposition.

Problème : Gbagbo n’a plus adressé la parole à Soro, qui fut son filleul politique, depuis huit ans… A l’issue de l’élection présidentielle de 2010, Soro, alors premier ministre de Laurent Gbagbo, avait en effet reconnu la victoire d’Alassane Ouattara, qui l’avait en retour confirme dans ses fonctions à la primature. Une trahison que n’a toujours pas digérée Laurent Gbagbo, qu’Henri Konan Bedie espère amener changer d’avis pour faire barrage au candidat de Ouattara en 2020.

Car l’actuel président ivoirien, qui prévoit de se retirer de la politique et se positionne pour diriger le futur fonds d’investissement

l’appel de la Cour pénale Internationale (CPI). Bedie veut non seulement finaliser l’alliance entre son Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et le Front populaire ivoirien (FPI) de Laurent Gbagbo, mais il souhaite également que l’ancien président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro se joigne à cette coalition pour le second tour de l’élection présidentielle d’octobre 2020 (0 LC n°803). Aucune stratégie définitive n’a encore été arrêtée, mais Bedie penche pour un front uni de l’opposition.

Problème : Gbagbo n’a plus adressé la parole à Soro, qui fut son filleul politique, depuis huit ans… A l’issue de l’élection présidentielle de 2010, Soro, alors premier ministre de Laurent Gbagbo, avait en effet reconnu la victoire d’Alassane Ouattara, qui l’avait en retour confirme dans ses fonctions à la primature. Une trahison que n’a toujours pas digérée Laurent Gbagbo, qu’Henri Konan Bedie espère amener changer d’avis pour faire barrage au candidat de Ouattara en 2020.

Car l’actuel président ivoirien, qui prévoit de se retirer de la politique et se positionne pour diriger le futur fonds d’investissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *