Nucléaire: la seconde étape de la réduction des engagements iraniens dans le cadre des clauses 26 et 36 du PGAC démarrera sérieusement à partir du 7 juillet.

Photo d’archives/ Press Tv

Le secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale iranienne et représentant du Leader de la Révolution islamique, l’amiral Ali Chamkhani, a annoncé qu’à compter du 7 juillet à venir, l’Iran commencerait la seconde étape de la réduction de ses engagements pris par le Plan global d’action conjoint (PGAC, accord sur le nucléaire iranien), dans le cadre des clauses 26 et 36 de cet accord.

« À l’approche du 16 tir (7 juillet), date prévue pour la seconde étape de la réduction de nos engagements dans le cadre du PGAC, les États européens ont augmenté leurs pressions afin de contraindre notre pays à poursuivre de respecter ses engagements, sans que les autres parties aient accompli les leurs. »

L’amiral Chamkhani a affirmé que la récente déclaration des trois pays européens (France, Royaume-Uni, Allemagne) révélait une « insolence politique » et une absence de la volonté chez les Européens pour braver les diktats de Washington.

« Les Européens n’ont accepté jusqu’ici de payer aucun prix pour sauver le PGAC, accord qu’ils sont censés voir comme un acquis historique pour l’Union européenne. Il paraît qu’ils sont plutôt contents de voir perdurer la situation actuelle, marquée surtout par des pressions anti-iraniennes américaines qui permettraient — semble-t-il — à l’Europe d’en tirer des bénéfices politico-sécuritaires. 

La récente déclaration de la troïka européenne et le “jeu de sanctions” de Trump représentent les deux faces d’une même pièce dont les détails se révèlent chaque jour un peu plus, après une année de négociations stériles avec l’Europe. »

Le haut responsable iranien a ajouté :

« Conformément à la décision du Conseil suprême de la sécurité nationale de la RII, la seconde étape de la réduction des engagements iraniens dans le cadre des clauses 26 et 36 du PGAC démarrera sérieusement à partir du 7 juillet, afin que les pays qui auraient mal interprété la patience de la RII réalisent que la riposte de l’Iran à la violation de son espace aérien par un drone américain ne sera pas différente de sa réaction à de soi-disant efforts politiques visant à restreindre les droits indéniables du peuple iranien. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *